samedi 11 juillet 2020

PREDICTIBILITES SUICIDAIRES ET SCHIZOPHRENIE


Benelmouloud O.
EHS de Psychiatrie, Faculté de Médecine, Université Salah Boubnider Constantine 3.

E-mail : benelmouloudouafia@gmail.com

 

RÉSUMÉ :
La schizophrénie est une maladie dévastatrice pour son impact sur les malades, leurs familles, les services médicaux et la société dans son ensemble. Le suicide est un événement dramatique, fréquent dans la pathologie schizophrénique et près de la moitié des schizophrènes réalisent une tentative de suicide au cours de leur existence et 10% à 15% finissent par se suicider. C’est dans cette optique que cette étude entre le schizophrène suicidaire et le non suicidaire a été réalisée afin d’élucider les facteurs de risque suicidaires présents chez l’un et absents chez l’autre et de proposer une démarche préventive contre d’éventuel passage à l’acte auto-agressif chez les schizophrènes.
Méthodologie : il s’agit d’une étude prospective de type descriptif cas-témoins sur la conduite suicidaire parmi les schizophrènes. La méthode d’échantillonnage s’est  basée sur le nombre de malade inclus dans l’étude soit 50 malades schizophrènes suicidaires comparés à 100 schizophrènes non suicidaires (témoins). Le recrutement a été réalisé au niveau du service des urgences psychiatriques de l’EHS de psychiatrie de Constantine et du service de réanimation du CHU de Constantine. Un consentement éclairé expliquant les objectifs de l’étude est ajouté au bulletin d’admission et signé par le parent du malade ou son tuteur légal. L’analyse des résultats a été réalisée avec le logiciel EPI-INFO 3.3.2 et les tests statistiques, qui ont été utilisées, le Khi-Deux et le test T de Student.
Résultats et discussions : sur l’ensemble des malades schizophrènes de notre étude ,23% présentent en même temps une consanguinité parentale et une morbidité psychiatrique familiale, parmi eux 33% sont des schizophrènes suicidaires. L’association tentative de suicide et abus de substances multiplie le risque de schizophrénie par trois et l’association tentative  de suicide, abus de substances et antécédents familiaux de  tentative de suicide multiplient le  risque de schizophrénie par cinq.
Conclusion : le suicide dans la schizophrénie reste donc un problème de santé mentale et l’élaboration de stratégies nécessaires à sa prévention passe par l’identification des facteurs de risque (individuels ou de groupes).

Mots clés : Facteurs de risque, prévention, Suicide, Schizophrénie.


ABSTRACT : PREDICTIBILITY OF BEHAVIOR SUICID AND SCHIZOPHRENIA.
Suicide is a dramatic event, common in schizophrenic pathology, and almost half of schizophrenics attempt suicide during their lifetime and 10% to 15% end up committing suicide. It iswiththis in mindthat this study between schizophrenic suicidal and non-suicidal wasconducted to elucidate the suicidal risk factors present in one and absent in the other and to propose a preventive approach against possible self-aggressive acting out in schizophrenics.
Methodology: This is a prospective descriptive case-control study on suicidal behavior among schizophrenics. The sampling method was based on the number of patients included in the study, ie 50 schizophrenic suicidal patients compared to 100 non-suicidal schizophrenics (controls). Recruitment was carried out at the level of the psychiatric emergency service of the EHS of Constantine Psychiatry and the intensive care unit of the HUC of Constantine. Informed consent explaining the objectives of the study is added to the admission form and signed by the patient’s parent or legal guardian. The analysis of the results was carried out with the software EPI-INFO 3.3.2 and the following statistical tests: the Chi-square and Student’s T test.
Results/Discussion: Of the schizophrenic patients in our study, 23% had at the same time parental consanguinity and family psychiatric morbidity among them 33% were suicidal schizophrenics. The attempted suicide and substance abuse association increases the risk of schizophrenia by three, and the combination of attempted suicide, substance abuse, and family history of attempted suicide increases the risk of schizophrenia by five.
Conclusion: Suicide in schizophrenia remains a mental health problem and the development of strategies for its prevention requires the identification of risk factors (individual or group).

Key words: Schizophrenia, Behavior suicid, Predictiv factors.