lundi 20 septembre 2021

ALIMENTATION, CANCERS ET PREVENTION


Dahel C.C.
Laboratoire ALimentation, NUTrition et Santé (ALNUTS), Université Salah Boubnider Constantine 3, INATAA, Université Frères Mentouri Constantine 1 (UFMC1), Algérie.

E-mail : corinne.dahel@umc.edu.dz

 

RÉSUMÉ:
Le cancer est un problème majeur de santé publique avec une augmentation régulière du nombre de nouveaux cas chaque année. Il s’agit d’une maladie impliquant des facteurs : génétiques, hormonaux, professionnels, environnementaux et comportementaux (tabac, alcool, alimentation). La part des cancers liés aux prédispositions génétiques est estimée à 10% alors que celle liée à l’exposition de facteurs de risque évitables (modes de vie et comportements), est estimée à 40%. Néanmoins, pour un certain nombre de cancers, ces facteurs relèvent encore du domaine de la recherche. Des facteurs alimentaires sont susceptibles d’intervenir dans le développement de certains cancers alors que d’autres pourraient, au contraire, diminuer le risque de survenue de la maladie, sans que l’on puisse toutefois parler d’aliments «anti-cancer». L’alimentation fait partie des comportements sur lesquels on peut agir pour accroître la prévention des cancers. Elle agit à la fois comme un facteur de protection (fibres, céréales, fruits, légumes, légumes secs) et comme un facteur de risque (viandes rouges, charcuteries, sel, boissons alcoolisées). Il est aussi indispensable d’agir pour éliminer les facteurs environnementaux comme le tabac, et favoriser l’exercice physique en combattant la sédentarité. La nutrition doit aussi être prise en compte pendant le traitement d’un cancer, car elle a un impact sur le patient, la maladie et la guérison. En plus des conseils alimentaires généraux après un cancer, certains choix sont plus appropriés que d’autres en fonction du type spécifique de cancer pour lequel il y a eu un traitement. De nombreux pays ont élaboré et mis en œuvre des plans nationaux de lutte contre le cancer afin d’atteindre les cibles du programme de développement durable à l’horizon 2030. En Algérie, la première cause du cancer est le tabac suivi du comportement alimentaire, de l’obésité et d’une activité physique insuffisante dont les conséquences humaines et économiques justifient le développement de stratégies de prévention. Le programme du Plan National de Lutte contre le Cancer 2015-2019 intègre un volet portant sur la promotion d’une alimentation saine et équilibrée. Bien qu’il existe plusieurs interventions qui se sont avérées être un moyen efficace de prévention du cancer, les efforts internationaux pour promouvoir et mettre en œuvre la prévention primaire manquent encore d’élan, et des décideurs politiques ignorent le degré de progrès et les avantages que la prévention apporte.
Mots Clés : Nutrition, MNT, Anti-cancer, Facteurs de risque, Algérie.



ABSTRACT: FOOD, CANCER AND PREVENTION.
Cancer is a major public health problem with a steady increase in the number of new cases each year. It is a disease involving many factors: genetic, hormonal, professional, environmental and behavioural (tobacco, alcohol, diet). The proportion of cancers linked to genetic predisposition is estimated at 10%, while that linked to exposure to avoidable risk factors (lifestyles and behaviours) is estimated at 40%. However, for a number of cancers, these factors are still in the field of research. Dietary factors may intervene in the development of certain cancers, while others could reduce the risk of developing the disease, although we cannot speak of «anticancer» foods. Food is one of the behaviours on which we can act to increase cancer prevention. It acts both as a protective factor (fibers, cereals, fruits, vegetables, dried vegetables ) and as a risk factor (red meat, cold meat, salt, alcoholic drinks). It is also essential to act to eliminate environmental factors such as tobacco and promote physical exercise by fighting sedentary lifestyles. Nutrition must also be taken into account during cancer treatment, as it has an impact on the patient illness and healing. In addition to general dietary advice after cancer, some choices are more appropriate than others depending on the specific type of cancer for which there has been treatment. Many countries have developed and implemented national cancer plans to meet the targets of the 2030 Agenda for Sustainable Development. In Algeria, the first cause of cancer is tobacco followed by eating behaviour, obesity and insufficient physical activity, the human and economic consequences of which justify the development of prevention strategies. The National Cancer Control Plan 2015-2019 program includes a section on the promotion of a healthy and balanced diet. Although there are several interventions that have proven to be an effective mean of cancer prevention, international efforts to promote and implement primary prevention are still lacking momentum, and policy makers ignore the degree of progress and the benefits that prevention brings.
Key words: Nutrition, NCD, Anti-cancer, Risk factors, Algeria.